Faut-il s’inquiéter si mon enfant joue trop?

Jouer pour le plaisir

Votre jeune a découvert une nouvelle passion ! C’est un nouveau jeu vidéo !

C’est chouette, il s’investit beaucoup dedans !

Peut-être un peu trop non?

Il est normal que lorsqu’une personne découvre quelque chose de nouveau et s’y intéresse passionnément pour environ deux semaines. 

Après cela, il convient de respecter quelques étapes pour s’assurer que cela ne devienne pas toxique pour lui et son entourage. 

  1. Parler au jeune: “Quel est ce nouveau jeu?” “Qu’est-ce qui l’intéresse la dedans?” “Avec qui communique-t-il dans le jeu? Inconnus? Amis?”
  2. Évaluer combien de temps il y joue? A quelle fréquence? Est-ce que cela affecte le reste de sa vie? Est-ce qu’il dort moins à cause de cela?

Avant de paniquer parce que “Au secours, mon jeune est accro/ addict aux jeux vidéo”, il convient de rappeler que l’addiction est un diagnostic clinique qui est donné lorsque la personne n’est plus fonctionnelle: elle ne mange plus correctement, ne dort plus correctement, dépense de grandes sommes dans son addiction, n’agit plus correctement avec son entourage au profit de son addiction.

Cette addiction peut être le tabac, l’alcool, les drogues, les jeux d’argent, les films, la musique, les jeux vidéo, n’importe quoi. Tout dépend de ce dans lequel la personne a décidé de se réfugier.

Pourquoi?

Il est bon de demander pourquoi la personne joue:

  • Ennui
  • Avoir du temps pour soi
  • Avoir du temps avec ses amis en ligne
  • Manque de stimulation intellectuelle?
  • Volonté de se sentir en contrôle dans le jeu, de se sentir puissant dans le jeu?

De nombreuses raisons sont possibles.

Il y a également de nombreuses nuances dans le comportement possible de l’enfant et de sa pratique du jeu vidéo. Idéalement nous espérons et visons un équilibre de jeu sain. 

C’est à dire:

  • que le jeune joue modérément, parfois, ou à l’occasion, 
  • Il continue d’aller au collège, ou à l’école secondaire et d’avoir de bons résultats
  • Il pratique un sport
  • Il a d’autres passions
  • Il voit sa famille et ses amis sans problème
  • Il parle de sa vie, raconte ses histoires avec enthousiasme

Il est aussi bon de rappeler que malgré le fait que ce soit encore un enfant, surtout à vos yeux, il a besoin parfois de temps pour lui, sans invectives de votre part, ou de la part des professeurs. Il a besoin de temps pour créer, pour être libre et s’occuper comme il veut, et aussi pour s’ennuyer. 

L’ennui, même si c’est contre-intuitif, est très bénéfique pour tout le monde. Cela permet de former les idées, d’en avoir de nouvelles, de reposer l’esprit. 

Faut-il intervenir?

Le jeune reste un enfant, il n’a peut-être pas encore toutes les fonctions cognitives développées pour jouer modérément, il effectuera peut-être des excès par moment. Et c’est normal. Même les adultes ne sont pas à l’abri de cela.

C’est aussi à l’adolescence que les jeunes se détachent de leurs parents et tentent de créer leurs propres identités.

C’est aussi normal de se retrouver dépassé par cela, car il est difficile de gérer sa vie de couple, l’adolescent qui joue beaucoup en s’enfermant dans la chambre, le travail, les amis, et ses besoins personnels. Il n’y a pas à se sentir coupable de cela, c’est temporaire, et il existe heureusement des gens qui peuvent aider.

Tout est une question d’évaluer s’il faut intervenir et quand.

Il existe des spécialistes qui savent guider l’enfant dans sa pratique du jeu vidéo.

Ils connaissent les jeux les plus populaires du moment, et pourront donner des astuces à l’enfant pour s’améliorer dans le jeu MAIS aussi les autres sphères de sa vie. 

En effet, lorsque le jeune rencontre des gens qui sont passés par les mêmes étapes que lui dans la vie, et qui lui donnent de bons conseils pour gagner davantage à son jeu préféré, cela change tout !

Les conseils peuvent aller de respecter les heures de sommeil pour avoir ses fonctions cognitives au top, équilibrer les cours, le sport, la nourriture pour être plus efficace dans le jeu, et s’intéresser à d’autres passions et d’autres jeux, pour établir de nouvelles stratégies dans son jeu favori.

La fondation des gardiens virtuels font parti de ces spécialistes.

Pour plus d’informations, je vous invite à consulter les articles de notre collègue psychologue, Elsa Brais Dussault ici.

À propos de Marc Shakour

Ancien programmeur de jeu vidéo, chroniqueur, professeur, compétiteur... Marc connaît très bien l'univers et l'industrie du jeu vidéo depuis toujours. Il a décidé d'aider les néophytes à découvrir de nouveaux univers, mondes et créatures fantastiques.

Voir tous les articles de Marc Shakour