Les métiers du jeu vidéo : Entrevue François Savard, Entrepreneur et Consultant

Interview Francois Ecran Partage

J’ai connu François grâce aux multiples emplois et connaissances que nous avons en commun. Nous avons l’habitude de nous rendre et retrouver dans les multiples événements jeux vidéo de Montréal. 

Je souhaite aujourd’hui m’entretenir avec lui, car je sais qu’il est parent et qu’il connaît très bien l’industrie du jeu vidéo. Il a d’ailleurs soutenu Écran Partagé, depuis le début, et pour cela, je l’en remercie. Je pense que son parcours peut inspirer des enfants, adolescents et étudiants qui aspirent à rejoindre l’industrie.

Marc: Bonjour François ! Pourrais-tu s’il te plaît nous dire quelle est ta profession actuelle?

François: De manière globale, les termes consultant et entrepreneur seraient ce qu’il y a de plus approprié pour qualifier ma profession actuelle.

Marc: Et est-ce que c’est ton premier job dans le jeu vidéo?

François: De mémoire, le premier contrat rémunéré de que j’ai eu dans l’industrie fut avec Glory 4 Gamers, une plateforme européenne de tournois qui évaluait le marché québécois en 2016. C’était vers la fin de Boreal eSports, une entreprise dont j’étais l’un des principaux actionnaires. Pour ce qui est de ma première implication dans le milieu, j’ai créé mon tout premier clan en 2002.

Marc: Quelles études as-tu effectuées ?

François: J’ai terminé un baccalauréat en Études militaires et stratégiques au Collège militaire royal du Canada en 2014. Depuis l’automne 2020, j’ai commencé une maîtrise en communication, concentration jeux vidéo et ludification, à l’UQAM.

M: Quel a été ton parcours pour travailler dans l’industrie du jeu vidéo?

F: Nous pourrions en parler pendant des heures! Je dirais que la création d’un clan avec mon petit frère en 2011 fut le point départ de ma position actuelle. Ce clan, d’une trentaine de personnes, évolue rapidement en Boreal Gaming. Boreal Gaming fusionne avec Armata Gaming pour créer Boreal eSports (2014), l’une des premières organisations professionnelles au Canada à gérer des joueurs à tous les niveaux, incluant des joueurs professionnels, à organiser des événements à travers le Québec, et beaucoup plus. Avec la fin de Boreal eSports (vers 2015-2016), j’ai ensuite cofondé la Fédération québécoise de sports électroniques (2016). Plus tard, j’ai aussi fondé la Fondation des Gardiens virtuels (2018).

Puisque tout ce que je viens de mentionner a été fait de manière bénévole, et souvent même j’ai payé de ma propre poche plusieurs dépenses des différentes organisations, j’ai dû me trouver une source de revenus. J’ai donc créé Leonin.ca pour offrir divers services professionnels liés aux communautés de jeux vidéo et aux sports électroniques (consultation, gestion de projets, etc.).

M: À quoi ressemble une journée type en tant que multiples fois entrepreneur, CEO, vétéran?

F: Une journée typique est similaire à presque tous les autres travailleurs autonomes et les autres entrepreneurs : elle varie de jour en jour. Pour être capable de faire une maîtrise en plus des obligations envers mes diverses implications et/ou mes clients, je n’ai pas le choix d’être discipliné et de bien structurer mon horaire selon ce qui doit être fait en priorité.

Quels sont les points que tu apprécies le plus en travaillant dans l’industrie?

En plus de la liberté que j’ai, le fait de pouvoir travailler à tous les joueurs dans un domaine qui me passionne fait définitivement partie des éléments principaux que j’adore. Ensuite, le fait que mes collègues, de manière générale, soient aussi d’autres passionnés heureux de travailler dans le domaine est ultra plaisant.

Quels sont les points négatifs lorsqu’on travaille dans l’industrie?

Pour l’industrie du jeu vidéo, donc plus axée sur les studios qui conçoivent les jeux, les perspectives d’emplois sont nombreuses. Surtout à Montréal qui est l’une des capitales de l’industrie. Pour le sport électronique, à l’inverse il n’y a pas beaucoup d’argent dans le milieu. En ce moment, les techniciens en loisirs et les personnes engagées comme entraîneurs dans les établissements étudiants sont le plus gros bassin de personnes rémunérées en lien aux compétitions de jeux vidéo.

La seconde partie de l’entrevue sera disponible la semaine prochaine !

À propos de Marc Shakour

Ancien programmeur de jeu vidéo, chroniqueur pour RDS Jeux vidéo, professeur, compétiteur... Marc connaît très bien l'univers et l'industrie du jeu vidéo depuis toujours. Il a décidé d'aider tous ceux qui n'y connaissent rien, à découvrir de nouveaux univers, mondes et créatures fantastiques.

Voir tous les articles de Marc Shakour