Test: The Elder Scrolls Online expliqué aux parents

ESO Featured Ecran Partage 1

Ce que les parents doivent savoir

The Elder Scrolls Online (aussi connu sous l’acronyme ESO) est un MMORPG (Massive Multiplayer Online Role-Playing Game) qui se déroule avant les cinq jeux de la franchise The Elder Scrolls.

Le jeu se déroule durant la Seconde Ère de Tamriel. Il n’y a pas d’Empereur à Cyrodiil et une guerre oppose trois alliances : le Domaine Aldmeri (Aldmeri Dominion), le Pacte de Coeurébène (Ebonheart Pact) et l’Alliance de Daguefilante (Daggerfall Covenant). En plus de ce conflit, le personnage joueur se voit impliqué(e) au cours de ses aventures dans des intrigues mêlant Daedras, diverses factions et des personnages variés.

Après avoir été sacrifié(e) par Mannimarco, le personnage joueur s’enfuit du royaume du prince daedrique Molag Bal avec l’aide d’alliés qui seront présents tout au long de la quête principale. Il ou elle doit dénouer les manigances des forces daedriques, apporter assistance à des personnages divers et, si le désir y est, s’impliquer dans la guerre des trois alliances.

Chaque zone offre une suite de quêtes principales ainsi que de nombreuses quêtes secondaires qui permettent au joueur ou à la joueuse de s’immerger dans l’univers de Tamriel et d’en découvrir plus sur ses différents peuples et lieux. À l’habitude de la franchise, le joueur ou la joueuse peut entièrement éditer son personnage.

La majorité des zones et leurs quêtes sont en PvE (Player versus Environment), ce qui signifie qu’elles peuvent se faire en solo et en coopération avec d’autres personnes. Les Donjons et Épreuves demandent de se regrouper en équipes de quatre et de douze personnes respectivement. Seule la zone Cyrodiil est dédiée au PvP (Player versus Player) et c’est là que se passent les combats entre joueur(euse)s d’alliances différentes.

Détails

Date de sortie: 4 avril 2014
Développeur: ZeniMax Online Studios
Éditeur: Bethesda Softworks
Disponible sur: Steam PC, Playstation 4, Playstation 5, Xbox One, Xbox Series
Format disponible: Physique
Version testée: Steam PC

Genre de jeu: MMORPG
Thèmes abordés: Fantaisie, magie, combat, guerre, protection
Durée d'une partie: -
Durée totale pour tout compléter: Plusieurs centaines d'heures

Langues des textes: Allemand, Anglais, Chinois simplifié, Espagnol, Français, Russe,
Langues des voix: Allemand, Anglais, Chinois simplifié, Espagnol, Français, Russe,

Niveau d'expérience nécessaire

Age 3+ 7+ 12+ 16+ 18+
Débutants
Intermédiaires
Expérimentés

Évaluation

La trame narrative de The Elder Scrolls Online aborde grandement des thèmes tels que la guerre, les meurtres et la damnation des âmes dans un monde fantastique. Les créatures sont fantaisistes et les ennemis sont fictifs, mais les combats et certaines cinématiques peuvent présenter de la violence graphique.

Des thèmes un peu suggestifs peuvent être abordés et les joueur(euse)s ont l’opportunité de choisir des costumes révélateurs pour leurs personnages, mais il n’y a pas de nudité complète.

En tenant compte du fait qu’il s’agit d’un MMORPG, l’avis de cet article porte sur le contenu du jeu exclusivement, pas sur les interactions entre joueur(euse)s puisque celles-ci sont variables et que leur contenu ne fait pas partie du jeu lui-même. L’interface de la fenêtre de clavardage permet de bloquer et de signaler les personnes qui ont des propos déplacés.

Comme les jeux précédents de la franchise, The Elder Scrolls Online demande de savoir lire et d’avoir un bon vocabulaire pour comprendre les intrigues et les interactions avec les PNJs.

Certains PNJs peuvent utiliser du langage grossier, faire des menaces et parler de sujets sensibles.

Choisir un langage changera automatiquement la langue de l’interface, des sous-titres et des voix.

Le contexte narratif dans lequel évolue le personnage joueur est sombre, mais la majorité des quêtes ont un message positif puisqu’elles demandent d’aider et de défendre les PNJs. Le personnage joueur est souvent appelé à trouver des solutions en collaboration avec d’autres joueur(euse)s et des PNJs. Certaines quêtes demandent de faire des choix moraux.

Malgré la grande méfiance qu’ont les peuples de Tamriel les uns envers les autres, plusieurs quêtes résultent en des alliances, des compromis et de l’ouverture à l’autre.

Les contrôles du personnage, de ses attaques et de ses interactions sont assez standards pour un jeu de type RPG et peuvent être édités dans les paramètres.

Certaines zones sont faites pour être facilement explorables par des personnages débutants, mais la majorité des zones DLC peuvent être plus difficiles pour un tout nouveau personnage. Quelques ennemis, surtout aux points forts des quêtes principales, peuvent être plus difficiles à vaincre en début de partie. Les boss de groupe, marqués d’une tête de mort sur la carte, demandent généralement d’être un minimum de 2 joueur(euse)s pour être vaincus.

Il y a deux niveaux de difficulté (normal ou vétéran) pour les Donjons de groupe et des Épreuves,

Acheter le jeu une fois, microtransactions prévues

Il est possible d’acheter seulement le jeu de base The Elder Scrolls Online et d’y jouer pendant de nombreuses heures puisque son contenu est vaste.

Cependant, les microtransactions, les contenus déverrouillables et les limites d’inventaire sont bien visibles et peuvent se faire ressentir au fil du temps.

Modes de jeu locaux

The Elder Scrolls Online est un jeu sans mode solo ou local.

Modes de jeu en ligne

Comme l’indique son nom, The Elder Scrolls Online se joue en ligne sur un mégaserveur (NA pour North America ou EU pour Europe). Le système de guildes permet de rejoindre jusqu’à 5 guildes de joueur(euse)s. Grand nombre de ces guildes ont aussi un serveur Discord pour faciliter les interactions. Plusieurs donjons permettent à un nombre restreint de personnages joueurs (entre 4 et 12, selon le type de donjon) d’être dans la même instance.

Extensions (DLC)

Il existe beaucoup de contenu additionnel pour The Elder Scroll Online : packs de jeu téléchargeables (DLCs) de zone, de donjons et chapitres.

Les DLC de zone Imperial City, Orsinium, Thieves’ Guild, Dark Brotherhood, Morrowind, Clockwork City, Summerset, Murkmire, Dragonhold, Markarth, Deadlands et Firesong offrent tous une zone à explorer avec ses multiples quêtes et personnages. Ils offrent également soit une Épreuve (Trial en anglais, défi pour un groupe de 12 personnes), une classe inédite pour personnage joueur, une guilde ou une arène. Le DLC de zone Morrowind est devenu gratuit pour tous et toutes depuis avril 2022.

Les DLCs de donjons Shadows of the Hist, Horns of the Reach, Dragon Bones, Wolfhunter, Wrathstone, Scalebreaker, Harrowstorm, Stonethorn, Flames of Ambition, Waking Flame, Ascending Tide, Lost Depths, et Scribes of Fate offrent chacun deux donjons à compléter en groupe de 4 joueur(euse)s. Les personnes qui ont l’abonnement ESO+ peuvent y accéder sans frais supplémentaires tant que leur abonnement est valide.

Les DLCs chapitres sont de plus grands paquets de contenu additionnel, car ils comportent chacun deux ou trois zones complètes, une épreuve, plusieurs donjons et un nouveau système de jeu. Ils ne sont pas inclus avec l’abonnement ESO+ et doivent être achetés séparément. Il en existe présentement quatre et un cinquième est à paraître en juin 2023.

Les DLCs chapitres déjà parus sont, en ordre chronologique : Elsweyr : la saison du dragon, Greymoor : le cœur noir de Skyrim, Blackwood : les portes d’Oblivion et High Isle : l’héritage des Brétons.

Le chapitre à paraître en juin 2023 est Necrom : l’ombre sur Morrowind. Jusqu’à présent, nous savons que ce chapitre permettra aux joueur(euse)s d’explorer deux zones : la péninsule telvannie à l’est de Morrowind et la Bibliothèque infinie d’Apocrypha, royaume du prince daedrique Hermaeus Mora. Ce chapitre propose aussi une nouvelle classe (l’Arcaniste), deux nouveaux Compagnons, une Épreuve et au minimum un donjon.

Pour une liste exhaustive des contenus additionnels : ESO DLCs & Chapters (en anglais)
Pour plus d’information sur le chapitre Necrom : l’ombre sur Morrowind à paraître bientôt : Site officiel

Notre avis

L’univers de The Elder Scrolls Online est très étoffé et pourra sans doute plaire aux nostalgiques des cinq jeux solo de la franchise. Le DLC chapitre Necrom prévu pour juin 2023 est d’ailleurs très attendu par beaucoup de fans du jeu The Elder Scrolls III : Morrowind.

Il est appréciable que chaque zone de The Elder Scrolls Online présente une quête principale, de multiples quêtes secondaires et des dizaines de PNJs. Cela vaut à ce jeu le record mondial du jeu vidéo qui comporte le plus de PNJs (personnages non jouables) uniques. Le monde ouvert est vaste et il permet d’explorer des environnements très variés, mais plusieurs lieux qui apparaissent dans les jeux solo semblent plus petits lorsque visités dans le MMORPG.

Les quelques cinématiques, la trame narrative extensive et la pléthore de PNJs ajoutent grandement à l’immersion. Cependant, l’aspect multijoueur ne peut être ignoré puisque les autres joueur(euse)s sont très visibles, ce qui peut briser l’immersion. Notre conseil est de souvent ignorer la petite fenêtre de clavardage si vous n’êtes pas dans un groupe qui l’utilise pour communiquer.

Les six classes présentement disponibles et les dix races possibles pour un personnage joueur sont assez versatiles et permettent de personnaliser son style de jeu. Les mécaniques d’utilisation de compétences offensives et défensives sont assez habituelles pour un MMORPG et la possibilité de créer plusieurs personnages permet d’explorer les classes disponibles. Nous ne pouvons pas encore nous prononcer sur la septième classe à paraître.

Le système de butins est bien balancé, toutes les armes et pièces d’armures peuvent être obtenues en explorant les zones et en complétant des quêtes, des Donjons et des Épreuves. Cependant, l’espace d’inventaire disponible peut devenir restrictif lorsqu’on joue sans l’abonnement mensuel ESO+ (qui permet d’entreposer une quasi-infinité d’ingrédients et matériaux, accessibles à tous les personnages d’un même compte).

Le système de maisons personnalisables est intéressant du point de vue communauté, mais il est entièrement accessoire. Plusieurs maisons peuvent être achetées avec les pièces d’or amassées par les personnages lors de leur exploration, mais certaines grandes maisons ainsi que des accessoires cosmétiques demandent des microtransactions.

En résumé, The Elder Scrolls Online promet une expérience de jeu presque aussi immersive et personnalisable que les jeux précédents de la franchise. La taille du monde et la multiplicité des quêtes sont des points forts pour les amateurs et amatrices de RPGs, mais ce jeu peut aussi représenter beaucoup d’informations en même temps pour les personnes moins habituées à la formule monde ouvert (Open World).

Notre note : 16 / 20

Liens affiliés

Lorsque vous utilisez les liens ci-dessous pour acheter un jeu ou un article, EcranPartage.ca peut percevoir un pourcentage sur la vente.
Le prix est le même pour vous, mais votre achat soutient Ecranpartage.ca. Merci !

Bande-annonce