Est-ce que Mortal Kombat 1 est devenu trop violent?

Mortal Kombat 1 Fatality Johny Cage

Le 19 septembre 2023, le jeu de combat Mortal Kombat 1 sortira sur Xbox Series, Playstation 5, Steam PC, Epic Games Store PC et Nintendo Switch.

Malgré son nom, il s’agit du dernier opus d’une très longue série de jeux existante depuis 1992.

Mortal Kombat est donc une série de jeux de combat en 2D (la grande majorité du temps) opposant des personnages humains, robotiques, anthropomorphiques avec des pouvoirs fantaisistes en 1 contre 1 (la plupart du temps). Originellement sorti en arcade et développé par Midway Games, la série a connu de nombreux succès mais aussi échecs, hors-séries, adaptations en films, dessins animés, jouets et goodies.

La série de jeux a fait sa réputation grâce à l’ultra-violence de ces combats et ces Fatalities. Les Fatalities sont des manières de finir un combat que vous venez de gagner, en tuant, décapitant, démembrant, humiliant votre adversaire de la manière la plus cruelle possible.

Dans les Mortal Kombat, les coups portés provoquent des gerbes de sang, transpercent les corps, provoquent des ralentis et des visions en rayons X des dégâts portés aux os, et muscles des adversaires.

Sauf qu’en 1992 cela ressemblait à cela.

Si cela parait ridicule et puérile désormais, à l’époque cela n’a pas empêché de choquer l’opinion publique, les parents et les politiciens. Les jeux vidéo ont été accusés de tous les maux de la société, et le monde a découvert que les jeux vidéo sont des programmes informatiques et donc on peut mettre le contenu que l’on souhaite à l’intérieur.

Cela a mené également à la création de l’ESRB: l’Entertainment Software Rating Board, l’organisme de classification de contenu des jeux vidéo, indiquant principalement les niveaux de violence, sexe, drogues, alcool utilisés dans un jeu, pour l’Amérique du Nord.

De retour à notre époque, Mortal Kombat (9) sorti en 2011 a redémarré la série, proposé un très bon jeu, a remis le jeu dans l’oeil du grand public et a proposé des graphismes au goût du jour.

Naturellement depuis MK9 (2011), la série progresse constamment en termes de mécaniques, contenus, et surtout réalisme.

C’est désormais l’escalade de la violence: tous les sévices décrit ci-dessus sont la mais en 4K, très haute définition. Les modèles 3D des personnages ont tellement de détails qu’ils ont de la peau, des muscles, des os. On est très loin des images fixes des premiers épisodes.

NetherRealms studio, le studio de jeu vidéo appartenant à WB, qui est désormais en charge de la série, fait un excellent travail parce que les derniers épisodes sont d’excellents jeux, mais ils font également preuve de beaucoup d’ingéniosité et d’imagination quand il s’agit de faire subir à leurs personnages toutes les horreurs possibles.

ATTENTION: Contenu très violent et gore ci-dessous. Réservé à un public adulte averti seulement. Âmes sensibles s’abstenir.

Sauf que pour réaliser un jeu avec un si haut niveau de réalisation, cela prend énormément de travail, et de temps de la part des développeurs. Que diriez-vous de travailler, modéliser, de faire de la recherche, programmer des horreurs sur des personnages en majorité humains pendant des années?

Vous vous en doutez, cela provoque des traumatismes, du stress, des syndromes post-traumatiques. Un article de 2019 de Kotaku regroupait d’ailleurs les témoignages des employés de NetherRealms à ce sujet.

Ed Boon, créateur historique de la série expliquait dans un documentaire de Noclip ses raisonnements et comment les fameuses Fatalities étaient créés.

ATTENTION: Contenu très violent et gore ci-dessous. Réservé à un public adulte averti seulement. Âmes sensibles s’abstenir.

À chaque nouveau jeu, il faut que les personnages fassent quelque chose de nouveau, de choquant, de satisfaisant pour le joueur gagnant. Il faut que ce soit ridicule, scandaleux, irréaliste et donc irréalisable en vrai, nous dit Ed Boon.

Irréaliste et irréalisable cela fonctionne avec des personnages de fiction, mais la série a également pris l’habitude d’obtenir des personnages invités dans ces productions: Freddy Krueger, Leatherface, Predator, Alien, The Joker, Spawn, Robocop, sont des personnages de fiction. John Rambo et Terminator le sont aussi mais ils sont représentés par les acteurs qui les ont incarnés au cinéma. Ainsi il est possible d’infliger tous les sévices possibles à des versions virtuelles de Sylvester Stallone et d’Arnold Schwarzenegger.

ATTENTION: Contenu très violent et gore ci-dessous. Réservé à un public adulte averti seulement. Âmes sensibles s’abstenir.

C’est difficile à imaginer qu’ils aient accepté et signé de tels contrats. Même les commentaires des spectateurs de ces vidéos YouTube s’émeuvent de cette violence.

Le scandale est un élément marketing important de la communication de WB, l’éditeur du jeu. Avant chaque sortie du jeu, ou de contenu supplémentaire, les joueurs de jeu vidéo sont abreuvés de ces atrocités dans les conventions, dans les conférences, sur Internet. Le but: choquer pour faire réagir, pour faire parler. D’ailleurs en écrivant cet article, je suis bien conscient d’entretenir cette communication.

Mortal Kombat 1 Fatality Jak
Mortal Kombat 1 Fatality Jak

Si les jeux Mortal Kombat sont réservés aux adultes depuis toujours, d’après leur classification ESRB, la communication de la série est dédiée particulièrement aux adolescents et jeunes hommes. Avec ces scandales, les adolescents y voient un moyen de défier les parents, les adultes, de choquer, d’aller en sens contraire comme cela est propre à cet âge et trouvent des moyens pour y jouer.

À chaque nouveau titre, des voix s’élèvent contre cette débauche de violence gratuite. Certains fans de la série, ou qui apprécient l’excellence des titres aimeraient également une option pour désactiver ou au moins amoindrir la violence. En effet, les joueurs sont encouragés dans le jeu à constamment effecteur des Fatalities pour débloquer du contenu, obtenir des récompenses. Au bout de 1000 itérations, du personnage de Scorpion qui éjecte en l’air la tête du personnage de Sub Zero et la transperce avec sa lance, on est tanné de la même animation, on y devient insensible. On aimerait pouvoir jouer au jeu sans cela.

Même en tournoi, avec du public, ou sur YouTube ou Twitch pour les streamers, où la violence est censurée, on aimerait pouvoir la désactiver, pour pouvoir mieux apprécier le jeu. Cette hypothétique option n’enlève rien aux amateurs de l’ultra-violence, mais ça permet à une partie du public de découvrir la série au delà de ces scandales et peut-être d’enfin apprécier ces qualités ludiques.

Mortal Kombat 1 Kano Liu Kang Shared Screeen
Mortal Kombat 1 Kano Liu Kang Shared Screeen

À propos de Marc Shakour

Ancien programmeur de jeu vidéo, chroniqueur, professeur, compétiteur... Marc Shakour connaît très bien l'univers et l'industrie du jeu vidéo depuis toujours. Il a décidé d'aider les néophytes à découvrir de nouveaux univers, mondes et créatures fantastiques.

Voir tous les articles de Marc Shakour

Laisser un commentaire