Critique Rapide: Persona 5 Strikers

Persona 5 Strikers Featured Ecran Partage

Disponible depuis le 23 février 2021 sur Playstation 4, Nintendo Switch et Steam PC

Persona 5 est un jeu de rôle et n’est la suite de rien.

Persona 5 Royal est un jeu de rôle, c’est une version améliorée de Persona 5 et n’est la suite de rien.

Soit vous jouez à Persona 5, soit à Persona 5 Royal, c’est le même jeu.

Persona 5 Strikers est la suite de Persona 5 (ou Royal donc), et est étonnamment un jeu de combat à progression. Cependant, même si c’est une suite, il n’est pas nécessaire d’avoir joué aux 105 heures d’histoire de Persona 5. On peut très bien s’en sortir et comprendre ce qui se passe sans.

Attention même si Persona 5 Strikers a une apparence de dessin animé, c’est un jeu réservé aux adultes. Il aborde de nombreux thèmes comme la violence, la sexualité, la santé mentale.

Au lieu d’effectuer des combat au tour par tour et de personnaliser tout votre équipement et personnages à l’extrême, vous effectuez des combats en temps réel ou vous affrontez des centaines d’ennemis simultanément avec vos 4 personnages de votre choix.

Vous pouvez à tout moment changer de personnage pendant les combats, et même pendant les phases d’exploration. Les personnages sont ceux de la fin de l’aventure de Persona 5. Du coup l’équipe est assez grande, et ils sont constamment en train de parler par équipe de 10 personnes. Pour chaque décision, les 10 amis seront la en train de tergiverser. Et lorsque le jeu donne la « parole » au joueur, c’est pour donner un choix entre deux ou trois réponses qui ne changent strictement rien au reste de la conversation.

Je veux aimer Persona 5 et Persona 5 Strikers, le problème c’est que j’ai déjà joué à Persona 4 Golden, et que même si j’ai adoré ce jeu et qu’il s’agit d’une histoire différente… le schéma et les mécaniques de jeu sont strictement identiques dans Persona 5.

Et dans Persona 5 Strikers (tout comme dans P5) tout est étiré en longueur, les dialogues (doublés en japonais ou anglais heureusement), les phases d’exploration, les phases de combat et les donjons.

Les donjons durent 3 heures chacun, il s’agit de faire plein d’aller-retours dans tous les sens parce qu’il faut chercher tel ou tel objet ou clé. Les environnements des donjons ne sont ni agréables, ni beaux. Vous devez affronter chaque ennemi une vingtaine de fois, chaque salle est remplie d’ennemis.

C’est très répétitif et inintéressant, et cela me désole parce que les personnages sont géniaux, la direction artistique de tous ces jeux est fabuleuse, le système de combat est décent. C’est vraiment du gâchis. À la rigueur par petite dose, en mode portable sur la Switch, cela peut être tolérable, mais faire un marathon de ce jeu dans le but de le finir, vous allez vous dégoûter.

Joueurs3+ 7+ 12+16+18+
Néophytes
Intermédiaires
Expérimentés
Nécessite de déplacer la caméra en 3D

À propos de Marc Shakour

Ancien programmeur de jeu vidéo, chroniqueur pour RDS Jeux vidéo, professeur, compétiteur... Marc connaît très bien l'univers et l'industrie du jeu vidéo depuis toujours. Il a décidé d'aider les néophytes à découvrir de nouveaux univers, mondes et créatures fantastiques.

Voir tous les articles de Marc Shakour

Laisser un commentaire