La ludification sur Twitch: allier jeu à l’agréable

Twitch Bits Écran Partagé

Depuis quelques années déjà, Twitch, la plateforme de diffusion en direct la plus populaire, a instauré plusieurs systèmes pour « ludifier » l’expérience d’être diffuseur sur la plateforme et d’être spectateur. Cette plateforme, que nous ne recommandons pas aux plus jeunes, utilise une variété de systèmes pour garder l’attention des spectateurs. Dans cet article, Écran Partagé explore ces systèmes en place et comment ceux-ci affectent l’expérience des utilisateurs sur Twitch.

C’est quoi la « ludification ? »

Ludifier quelque chose est l’idée de transformer une activité, comme une tâche ou un travail, en jeu. Plusieurs défis se profilent déjà à l’horizon, en disant ceci : c’est quoi un jeu ? C’est quoi l’avantage de transformer quelque chose un jeu ?

Généralement, un jeu est quelque chose qu’on fait pour le plaisir de le faire : nous jouons souvent aux échecs pour jouer aux échecs, pas nécessairement pour accomplir quelque chose. Ceci est différent d’une activité dite « normale » : nous ne faisons pas le ménage parce que nous voulons faire le ménage, mais plus parce que nous voulons que le ménage soit fait.

Ludifier quelque chose, donc, c’est de tenter d’ajouter des éléments du jeu pour rendre une activité plus motivante à accomplir. Un exemple pour les Québécois dans la salle : lorsque Tim Hortons fait son concours « déroule le rebord pour gagner », la compagnie ajoute un jeu de chance à l’activité non ludique de se procurer du café. Le jeu de chance qui vient avec l’événement permet de créer une motivation additionnelle à l’achat de café : tu peux acheter un café pour jouer au jeu.

De nos jours, la ludification, tiré de l’anglais gamification, est un terme omniprésent. On l’utilise (parfois à outrance) en marketing, en développement logiciel et dans tout ce qui touche à la gestion. C’est un concept particulièrement à la mode et Twitch n’est qu’un exemple parmi tant d’autres de comment on l’a réutilisé dans un produit.

Comment Twitch ludifie le streaming

On penserait que la ludification viserait principalement les spectateurs de Twitch, mais ce n’est pas complètement vrai. Les utilisateurs se lancent dans le monde du streaming ont une variété d’outils ludifiés à utiliser, notamment, les succès (achievements).

Les premiers succès sont simples : modifier sa page personnelle, créer des titres pour le stream, modifier les catégories du stream et ainsi de suite. Ces « défis » permettent au nouvel utilisateur d’être récompensé pendant qu’il apprend la plateforme par le sentiment de progresser vers son objectif. La technique s’inscrit dans la stratégie typique des « BLAP » (Badges, Leaderboards, Achievements, Points), une stratégie omniprésente qui permet de ludifier la plupart des activités.

Les premiers succès sur Twitch, qui montrent aux streamers comment fonctionne la plateforme.

Cette stratégie est particulièrement pertinente sur Twitch, puisque c’est un environnement où le succès est difficile à atteindre : avec 51 spectateurs concurrent ou plus, vous êtes dans le 1 % des diffuseurs sur Twitch. En d’autres mots : Twitch encourage probablement ces utilisateurs à « progresser » au travers des succès parce que le succès réel – les yeux des spectateurs – est excessivement rare, sinon impossible, à atteindre.

La ludification prend aussi la forme de « niveaux », qui donnent des bonus différents. Tous les utilisateurs débutent comme des streamers réguliers, qui ne reçoivent aucun bénéfice. Ils peuvent ensuite devenir Affiliés, rémunérés par l’entremise des subscriptions, des « cheers » (nous y reviendrons). LesPartenaires, pour leur part, peuvent être rémunérés pour les publicités diffusés sur leurs chaînes. Les succès sont utilisés pour déterminer quels streamers peuvent accéder à ces niveaux supérieurs.

Ludifier l’écoute

Pour les spectateurs, l’objectif du géant numérique est d’encourager les spectateurs à rester le plus longtemps possible en leur donnant plein de microtâches à accomplir. En 2017, Twitch.tv a lancé un outil pour permettre aux spectateurs d’obtenir des objets en jeu en regardant certaines diffusions. Un autre exemple de ludification serait le raiding, ou un diffuseur peut envoyer ses spectateurs interagir dans une autre diffusion, ce qui permet aux diffuseurs de s’aider entre eux et de créer des micro-événements agréables dans lesquels les spectateurs peuvent participer.

Un exemple tiré du clavardage de la chaîne Twitch MarineMammalRescue. Nous pouvons voir des emojis personnalisés que des utilisateurs ont débloqué.

La ludification de cet aspect passe par le financement des diffuseurs. Il y a deux méthodes : les souscriptions et les « bits ». Les souscriptions, un peu comme les niveaux de streamers, viennent en trois niveaux (1, 2 et 3) basés sur la somme offerte à chaque mois au diffuseur. Les bits sont plus intéressants à examiner : c’est une monnaie virtuelle (le prix est à peu près de 1 $ par 100 bits) qui peut être donnée aux streamers en échange de récompenses. La récompense de base de dépenser des bits est de pouvoir utiliser certains emoji dans le clavardage, mais d’autres récompenses sont aussi accessibles. Ceci permet au diffuseur de codifier des manières particulières d’interagir avec lui : certains vont permettre au message d’une personne d’apparaître sur l’écran, d’autres vont permettre de jouer des sons précis, etc.

Dans le même sens, les points de chaînes peuvent être accumulés pour obtenir des récompenses dans le cadre du stream. Les points de chaînes sont collectionnés de plusieurs façons différentes, comme en regardant une diffusion pendant un certain temps, en s’abonnant à une souscription, en donnant des bits et ainsi de suite. En particulier, pour les utilisateurs non payants, la meilleure façon d’obtenir ces points est de toujours garder l’œil ouvert pour cliquer sur un bouton près du total de points.

L’objectif des bits et des points de chaîne est d’engager les spectateurs constamment et de leur donner des façons contrôlées d’interagir avec la diffusion. Un peu comme dans un jeu vidéo, les spectateurs peuvent accumuler des ressources et les utiliser comme ils le souhaitent. Les streamers peuvent ensuite adapter les récompenses et les actions associées à l’utilisation de ces ressources. Sur la chaîne adorable de MarineMammalRescue, une diffusion semi-constante d’un enclos dans une réserve animale pour outres, par exemple, les spectateurs peuvent faire apparaître des faits éducatifs dans le clavardage, recevoir le privilège d’utiliser des nouveaux emojis ou même la possibilité de nourrir les animaux.

Le fait d’offrir un choix de comment utiliser ces deux types de points est une ludification tangible : nous adorons prendre des décisions dans le cadre d’un jeu. En nous permettant de prendre ce genre de décisions, Twitch nous donne une motivation additionnelle pour rester sur les streams.

Un jeu très commun

Dans des cas comme ici, il est pertinent de noter qu’au final, l’ajout de ces systèmes n’a comme objectif que d’augmenter la rétention des utilisateurs de Twitch.

En ajoutant ces éléments, comme les succès et les nombreuses interactions, la plateforme cherche à nous garder actifs et nous donner l’illusion que nous sommes plus actifs et efficaces qu’autrement, alors que, au final, Twitch n’est techniquement rien de plus qu’une nouvelle façon « d’écouter la télévision en direct. »

À propos de Cédric Duchaineau

Actuellement étudiant à la maîtrise en communication, jeux vidéo et ludification, Cédric est toujours curieux d'en apprendre plus sur les jeux vidéo, les communautés et les réalités de notre monde numérique.

Voir tous les articles de Cédric Duchaineau

Laisser un commentaire